La brasserie

20 juin 1897 : La naissance

Fondation de la « Société Anonyme de la Grande Brasserie de la Moselle de Champigneulles-Nancy » par MM. Antoine Trampitsch et Victor Hinzelin, dont les familles respectives ont assuré la direction de l'entreprise jusqu'à la prise de contrôle par BSN en janvier 1970. En 1909, en hommage à son lieu de création, la société devient la Grande Brasserie de Champigneulles.
Antoine TRAMPITSCH, parcours de la Slovénie à Champigneulles...
Les ateliers de mise en futs de la bièreAntoine Trampitsch voit le jour le 4 avril 1860 très loin de Champigneulles, aux confins de la Slovénie. Son père s'est marié à 37 ans, ce qui ne l'empêche pas de se trouver à la tête d'une famille de quatorze enfants. Les plus âgés ont suivi des études supérieures, les plus jeunes, dont Antoine, se sont contentés de l'école du village de Kotmaravas. La scolarité d'Antoine s'achève à 13 ans quand son père le réquisitionne pour les travaux agricoles.

L'adolescent veut échapper à l'avenir qu'on lui prépare. Il se voit artisan, « tonnelier, menuisier, forgeron ou autre... » Son père est hostile à cette idée. Mais il parviendra à l'imposer. Le 2 février 1877, il ne se rend pas à la messe et rencontre à l'insu de ses parents le brasseur de la localité qui l'engage comme apprenti. Les réticences du père cèdent sous la persévérance du fils. Antoine Trampitsch s'est engagé dans une voie qu'il ne quittera pas.

Boc ancienA la mort de son père, il rejoint l'école de la brasserie de Vienne, où il est accepté de justesse. La première année, il frôle le renvoi pour finir deuxième de sa promotion. Il travaille dans plusieurs brasseries du pays avant de choisir l'étranger. « Je pars, le monde est à moi » lance-t-il à sa mère au moment de son départ. Il pense à Londres mais en chemin, il est détourné de son objectif par trois jeunes brasseurs qui l'encouragent à les suivre à Luntterbach, près de Mulhouse. De brasseries en brasseries, Antoine Trampitsch perfectionne sa technique et peaufine ses ambitions.

En 1897, dans un café de Châlons-sur-Marne, alors qu'il pense à fonder sa propre affaire, un architecte lui parle d'un terrain disponible à Champigneulles, près de Nancy, propriété de Victor Hinzelin, directeur du journal L'lmpartial de l'Est. Le terrain est acheté, mais le montage financier d'un million de francs est laborieux. Finalement la société « La brasserie de Champigneulles » voit le jour. Antoine Trampitsch est nommé président du conseil d'administration. Il devient le patron incontestable de cette jeune entreprise. C'est lui qui pose la première pierre, le 20 juin 1897.

1912, l’optique industrielle

cendrier1La brasserie de Champigneulles est bâtie d'emblée dans une optique industrielle. Elle se laisse de l'espace là où les brasseries traditionnelles s'enferment dans les centres villes. Le coup de génie des fondateurs est d'avoir prévu le chemin de fer comme moyen de livraison. La réussite est fulgurante. L’essentiel de la production est livré en fûts de 200 litres à des débitants ou à des embouteilleurs qui assurent la distribution. De 25 000 hectolitres en 1898, la production passe à 210 000 hectolitres en 1913, chiffre alors jamais atteint en France.

1924, l'année du Beausoleil

L'entreprise est prospère. Une deuxième malterie est construite de même qu'est créée la cité ouvrière du « Beausoleil » destinée à l'hébergement du même personnel. Cette année voit aussi l'apparition d'un débit de boisson qui permet de servir au public « une bière maison » fraîchement produite.

La Brasserie en état de guerre

cendrierLors de la première guerre mondiale, la Brasserie alimente les fronts de la Marne et de Verdun. Lors de cette période, la direction commande en Suisse un important matériel de production livré en 1918, qui permet à Champigneulles de réalimenter sa clientèle dès l’arrêt des hostilités, alors que les concurrents sont en pleine réorganisation. La guerre de 39-45 sera, par contre, une période très difficile pour l’entreprise. Le rationnement en orge l’oblige à produire une bière de 1 à 2 degrés.

En 1939, l’armée française réquisitionne une partie des 140 camions et des chevaux utilisés par la livraison. Puis c’est au tour de l’armée allemande, confrontée à la pénurie des carburants de vouloir prendre les chevaux qui restaient. Les salariés de la Brasserie prirent d’énormes risques pour les conserver. N’hésitant pas à les cacher dans les caves malgré la menace de l’armée allemande de fusiller autant d’ouvriers que de chevaux dissimulés. Mais jusqu’au bout, on leur montrait « la Philippe », une vieille jument fatiguée de 20 ans, qui finit quand même par être réquisitionnée.

1945-1949, René Hinzelin l'investisseur

Sous-BocRené Hinzelin, petit-fils d'un des fondateurs engage la société dans une série d'investissements pour donner une dimension nationale à l'entreprise, afin d'exister sur un marché en pleine mutation. Il s'engage dans une politique d'extension, consistant à saisir toutes les occasions pour absorber ou contrôler d'autres brasseries. Une politique qui poursuit deux objectifs : se ménager des parts de production et neutraliser les concurrents. René Hinzelin amorce une longue série d'absorptions.

1950, l’avènement de la bouteille

Les résultats financiers sont en baisse. L’année 1950 est consacrée à rechercher les causes du mal. Des études de marché en France et à l'étranger mettent en évidence le goût grandissant du public pour les bières en bouteilles au détriment de celles en fûts. La production est réorientée. La proportion fûts-bouteilles est inversée en comparaison avec l'entre deux guerres : 25 % en fûts, 75 % en bouteilles ; dans les cafés de partout fleurissent en petites bouteilles, les produits de la Brasserie Lorraine : Nectar, Silva, Bière du Cinquantenaire que complétera la Grande Blonde.

1959, sodas et Limonades

limonadeLa production atteint le million d'hectolitres de bière. Le groupe installe une fabrique de limonades et de sodas en récupérant l'acide carbonique dégagé par la fermentation de la bière. Cette production n'est pas marginale puisqu'elle représente pour Champigneulles 22 millions de bouteilles par an. Les limonades sont baptisées SIC, abréviation de la Société Immobilière de Champigneulles.

1966, la Société Européenne de Brasserie

Fusions et absorptions donnent naissance à la Société Européenne de Brasserie ; le groupe est composé de vingt-trois brasseries installées aux quatre coins de la France. Avec une production de 6 millions d'hectolitres, elle est la plus importante société brassicole du Marché Commun. L’impression de force de l'ensemble cache un système lourd à gérer, coûteux et inadapté à un marché qui donne de plus en plus la prévalence aux petites bouteilles en verre recyclé.

1968, Jo de Grenoble

calendrier92 % d'eau entrent dans la composition de la bière. L'eau de source est la matière première, le symbole de pureté de la boisson. Dans les années 1960, l'alcool n'est pas encore persona non grata dans les compétitions sportives. Ainsi Champigneulles est en 1968 sponsor des jeux olympiques de Grenoble avec une bière alcoolisée. 20 ans plus tard, la bière revient sur les pistes d'Albertville mais avec Tourtel, bière sans alcool. Les temps ont changé.

1970, le contrôle de BSN

Le groupe BSN prend le contrôle de la Société Européenne des Brasseries et l'absorbe le 28 décembre 1972. De nouveau produits sont lancés sur le marché : Kanterbraü en 1971, Gold en 1977 et Chopp en 1980.

1987, le mariage des deux « K »

Face à une concurrence de plus en plus rude, une nouvelle alliance intervient. Les deux sociétés brassicoles de BSN jouent la complémentarité afin d'occuper tous les segments du marché. La nouvelle société est baptisée Kronenbourg SA. Elle détenait, en 1997, la moitié du marché français et devient le deuxième brasseur européen.

1997, 22 qualités de bières

sous-bocLa brasserie Kronenbourg de Champigneulles était depuis 1995, la deuxième brasserie de France. Trois cent cinquante salariés, une production annuelle de 3 millions d'hectolitres et vingt-deux qualités de bière différentes sont quelques-uns des chiffres significatifs de l'entreprise, qui diffuse ses produits essentiellement en France. Gold, Kanterbraü, Tourtel, Valstar, Wilfort, Réserve de Maître Kanter... ces noms assurent le prestige et la pérennité de la brasserie.


Pour accéder à la galerie de photos sur le thème de la brasserie : cliquez ICIPour consulter l'article concernant le devenir des grands bureaux des Brasseries : cliquez ICI Pour situer ce lieu sur le plan interractif : cliquez ICI